Zettlr

Cette page présente les principes fondamentaux du logiciel Zettlr ainsi, au passage, que des réflexions sur son usage.

Cliquez pour agrandir

Arborescence et panneau des notes

L'arborescence (barre la plus à gauche) présente l'ensemble des dossiers contenus dans le dossier ouvert dans Zettlr. Les fichiers − c'est-à-dire les notes − n'apparaissent jamais dans l'arborescence : ils ne sont affichés que dans le panneau situé plus à droite. Ce panneau présente de manière aplatie l'ensemble des dossiers et fichiers contenus dans le dossier actif (le dossier surligné en vert, « sociologie » sur la capture d'écran). « De manière aplatie » signifie que, quel que soit le nombre de dossiers imbriqués dans le dossier actif, et quel que soit le nombre de notes qu'ils contiennent, ces éléments n'apparaîtront toujours que comme une simple liste.

Zettlr gère donc l'arborescence « physique » de ses répertoires (contrairement, par exemple, à Notable, qui n'autorise pas l'utilisation de sous-dossiers). C'est un avantage… si la gestion de l'arborescence ne devient pas elle-même une galère, la perte de temps et d'énergie lors du traitement de son flux de travail se trouvant parfois dans le choix du bon dossier où ranger ses documents.

Pour éviter cela, l'arborescence doit (i) être exhaustive, c'est-à-dire que les dossiers proposés doivent couvrir tous les cas de figure ; (ii) être exclusive, une note ne pouvant logiquement appartenir qu'à un seul dossier, car répondant à un seul critère ; (iii) être permanente, le critère étant invariable.

Dans le cadre du boulot, une arborescence répondant à ces contraintes peut proposer 4 sous-dossiers : « notes internes », regroupant les notes de réunions internes (se déroulant uniquement avec des collègues) ; « notes externes », désignant n'importe quelle réunion intégrant au moins une personne ne faisant pas partie de la structure ; « mémos », pour toutes les notes de réflexions, de lecture, etc. ; et « événements » pour toute prise de note lors d'un événement (congrès…)

Zettlr peut toutefois très bien s'en tirer avec des notes rangées « en vrac » dans un unique dossier !

Le panneau des notes n'est pas seulement une façon de lister les notes contenus dans le dossier actif. Il détermine la façon dont le logiciel va se comporter lors de plusieurs actions. Ainsi :

  • lors d'un clic sur un tag, seules les notes possédant ce tag et apparaissant déjà dans le panneau des notes seront affichées
  • lors d'une recherche par chaîne de caractères, seules les notes possédant cette chaîne et apparaissant déjà dans les panneau des notes seront affichées
  • lors de la saisie d'un lien vers une autre note, seules les notes apparaissant dans le panneau des notes seront proposées par l'outil d'auto-complétion
En résumé, et comme le mentionne cette page du site officiel, il faut considérer que ces deux panneaux ne servent pas seulement à naviguer dans ses notes, mais bien à les filtrer. Des actions supplémentaires − comme celles sus-mentionnées − ajoutent une couche de filtres à un filtre existant. En conséquence, si on n'a pas spécialement besoin de restreindre (de filtrer) les notes affichées, le plus simple est que le dossier le plus « en haut » dans l'arborescence soit le dossier actif. Ainsi, pas de risque de passer à côté d'une note.

Les tags

Les tags consistent en un mot précédé du caractère #. Ils sont immédiatement reconnus comme tels par Zettlr qui les affiche d'une couleur particulière. On peut voir en premier lieu les tags comme un moyen de lancer rapidement une recherche sur un terme particulier. Par exemple, cliquer sur le tag #français produira le même résultat que rechercher le terme français.

Les tags apparaissent toutefois à plusieurs endroits du logiciel : dans le panneau des notes, les notes affichent le nombre de tags qu'elles contiennent. Par ailleurs, Zettlr produit un nuage des tags utilisés.

Pour cliquer sur un tag, il faut maintenir la touche alt ou ctrl enfoncée.

Les ID

L'ID permet d'identifier de manière unique et intangible une note. Par défaut, il est composé de 14 caractères (YYYYMMDDHHmmss). On insère un ID en pressant Ctrl+l. Au cas où plusieurs chaînes de caractères peuvent être considérées comme un ID, Zettlr définit l'ID comme la première chaîne rencontrée.

Le grand intérêt de l'ID est de pouvoir établir des références d'une note à d'autres. Et c'est l'un des grands atouts du logiciel que de simplifier cette saisie. Les ID référencés sont entourées du double crochets. Zettlr facilite grandement leur saisie en proposant, par auto-complétion, les titres des notes qu'on veut insérer dans la note courante. Mais c'est bien l'ID − et pas le titre qui lui, peut changer − qui est alors saisi.

Comme pour les tags, il faut maintenir la touche alt ou ctrl appuyée pour cliquer sur un ID.

Modifier le style de l'ID

Trouvant le format YYYY-MM-DD-HHmmss plus lisible pour distinguer la date, je modifie l'ID de la sorte (Préférences puis onglet Zettelkasten) :

  • ID regular expression : (\d{4}-\d{2}-\d{2}-\d{2}\d{2}\d{2})
  • Pattern used to generate new IDs : %Y-%M-%D-%h%m%s

Les dossiers virtuels

Principe

Les dossiers virtuels ont pour fonction de regrouper un sous-ensemble de notes, au sein d'un dossier physique donné. Un dossier virtuel ne peut donc abriter que des fichiers physiquement situés dans le dossier où il est lui-même créé. Il peut également abriter des fichiers contenus dans un sous-dossier physique du dossier où est créé le dossier virtuel. Par exemple, imaginons l'arborescence suivante :

  mes_notes/sommaire.md
  mes_notes/mes_lectures/la_distinction.md

Un dossier virtuel créé à la racine du dossier mes_notes pourra abriter les fichiers sommaire.md comme la_distinction.md. En revanche, un dossier virtuel créé à la racine du dossier mes_lectures pourra abriter le fichier la_distinction.md mais pas sommaire.md, ce fichier se situant hors de l'arborescence.

Si l'on reprend la capture d'écran pour exemple, alors on peut constater que le dossier virtuel auteurs morts pourra abriter n'importe quelle note, puisqu'il est situé au plus haut dans l'arborescence.

Usage

Une note (c'est-à-dire un fichier) peut appartenir à plusieurs dossiers virtuels. Ces derniers, de couleur rose, sont toujours positionnés avant les dossiers physiques dans le panneau des notes. La conception du logiciel leur attribue donc une place prioritaire.

Leur usage mérite réflexion. Quand est-il préférable d'utiliser un dossier virtuel, plutôt que de caractériser une note par un tag ? Et comment articuler l'usage des dossiers virtuels avec l'arborescence physique (pour répondre, il convient en premier lieu de déterminer la logique de cette dernière) ?

Une piste serait de considérer qu'un tag caractérise une note de façon “non contextuelle” (si ma note est une #opinion, elle demeurera toujours telle. Si elle est un article de #presse, idem). Les dossiers virtuels peuvent donc avoir l'utilité de caractériser de manière temporaire des notes (“à classer”, “à finir”, “todo”, “à relire”, etc.) et peuvent être perçus comme des méta-données plus volatiles, dont l'usage permet d'éviter de modifier la note elle-même.

La page officielle sur les dossiers virtuels se trouve ici.

Les projets

Principe

Le concept de « projet » au sein de Zettlr a un unique but : exporter des documents regroupant plusieurs notes. On peut ainsi aisément produire un article, un mémoire, un livre… où chaque note correspondrait à une partie, un chapitre, une section…

Usage

Dans le panneau de l'arborescence, un clic droit sur un dossier fait apparaître l'item Create project. L'ensemble des notes contenus dans le dossier en feront partie. Une fois le projet ainsi créé, un nouveau clic droit permet d'en modifier les caractéristique (item Project settings), notamment le format d'export. Encore un autre clic droit autorise l'export proprement dit du projet. Et c'est toujours par un clic droit qu'on peut supprimer un projet (bien sûr, cela ne modifie en rien l'arborescence).

Imprimer/exporter
QR Code
QR Code logiciels:zettlr (generated for current page)